Freakonometrics

To content | To menu | To search

Saturday, November 10 2012

France versus Canada, part 1

Suite à plusieurs demandes, officielles (pour monter des ententes internationales) ou simplement d'étudiants (ou de collègues) curieux, je vais prendre un peu de temps pour faire des comparaisons entre les systèmes universitaires français et québécois . Ça risque d’être long, et compliqué, donc je vais prendre mon temps...

La première chose à comprendre est que les systèmes éducatifs sont fondamentalement différents. La France a adopté le système LMD (licence- maîtrise master -doctorat) il y a quelques années, ce qui s'est appelé le "système de Bologne" (cf wikipedia.org/). Cette réforme avait été adoptée sous prétexte d'uniformiser les systèmes universitaires entre les différents pays. Mais il ne concerne que l'Europe, l'Amérique du nord étant sur un fonctionnement un peu différent. En fait, le Québec est aussi sur un mode LMD (si on veut) mais en raisonnant ainsi, on oublie qu'il existe une formation en collège (CEGEP) avant d'intégrer l'université [*].

Plus précisément, si on veut vraiment comparer les systèmes... il faut remonter un peu plus tot que l'entrée à l'université,

année

France

Québec

Canada

U.S.A.


primaire
primaire
elementary

elementary
1 (6-7)

CP

1ere
1ere
1st
2 (7-8)

CE1
2e
2e
2nd
3 (8-9)

CE2
3e
3e
3rd
4 (9-10)

CM1
4e
4e
4th
5 (10-11)

CM2
5e

5e

5th


college


junior high
school
6 (11-12)

6e

6e
6e
6th



secondaire


junior high
school

7 (12-13)
5e I

7e
7th
8 (13-14)

4e
II


8e
8th



senior high
school

high school
9 (14-15)

3e
brevet
III


9e

9th



lycée



10 (15-16)

seconde

IV

10e
10th
11 (16-17)

première
V

11e
11th


college

12 (17-18)

terminale
baccalauréat


12e
12th


université

université
college
13 (18-19)

licence
DES

bachelor
bachelor



université

14 (19-20)



baccalauréat



15 (20-21)








16 (21-22)

master











graduate school
17 (22-23)



maitrise
master

master
18 (23-24)

doctorat






19 (24-25)



doctorat

doctorate

PhD
20 (25-26)








21 (26-27)








J'ai fait ici une comparaison avec l'Amérique du nord au sens large. Mon point est que les systèmes français et québécois sont différents. En particulier, un étudiant inscrit en premier année de maîtrise master en France sera un peu perdu en première année de maîtrise au Québec. Le niveau équivalent serait davantage la troisième année de baccalauréat.

Je laisse les commentaires ouverts pour accueillir les témoignages, et promis, je continue rapidement cette série de billets sur la comparaison entre les deux systèmes de formation... Et promis, j'essayerais d'expliquer le système des grandes écoles à mes collègues québécois !

Monday, February 7 2011

The longer the better ?

No, this time it is not a post for Valentine's day... It is simply that a few days ago, on Gaïa Universitas, Rachel mentioned a study on academic journals in astronomy. The study is online here, written by Krzysztof Zbigniew Stanek. « Naively, one would expect longer papers to have larger impact (i.e., to be cited more) – how long a paper should be to maximize its impact? Is it better to write several shorter papers or one longer paper? ». Actually, I did not expect that, and I was truly surprised to see that the number of citations was an increasing function of the number of pages. So I had a look at several academic in economics and mathematics. The first journal I looked at is the Journal of Finance. Here, the relationship between the number of pages and the number of citation is strong: a 40 page paper is - on average - two times more cited than a 20 page paper. Actually, the shape of the regression curve is rather close to the one obtained in Krzysztof's paper,

The colors are due to the fact that some articles were published in 2010, and some in 1995. Obviously, the number of citations is a function of the year of publication (a longer post will be published soon on the dynamics of the citation process). I considered only articles published before 2005 to fit a regression model (here a spline regression, to see if the function is linear). And indeed, a longer paper has more chance to be cited.
Then, I looked at the Journal of Multivariate Analysis, which is a mathematical journal, where (theoretical) econometricians can publish.

Here the pattern is rather different: if we do not take into account short notes, the number of citations is independent of the size of the paper.
The more I look at those graphs, the more disturbing I find them...
  • on the one hand, I strongly believe that the size of the paper has nothing to do with the quality (or the importance) of the paper: so in some sense, I was expecting a flat regression, like the one we see above, with the Journal of Multivariate Analysis. It might come from the fact that in statistics (for instance) with empirical processes, e.g., proofs are extremely long and technical (and papers are long), while on stochastic orderings, proofs are extremely short (and papers rather short). But both can appear in the same journal...
  • on the other hand, researchers are more and more evaluated, and a common tool is to look at citation indexes (the called « publish or perish » paradigm). The more citations, the better the researcher, something like that... So sometimes, when we have a quite long paper, the question that naturally arises is: why not splitting the paper in two ? with flat regression, it is, indeed, optimal to split the paper (if possible) in two, since two papers with 20 page each might yield two times more citations than one. But with a curve like the one we see with the Journal of Finance, such a split is not an issue...
Anyway, I did really like the conclusion of Krzysztof's paper « This paper will not be submitted to any journal, but please feel free to cite it as often as possible, or better yet cite my regular astronomical papers »....

Wednesday, April 14 2010

Mais quand va-t-on enfin se décider à fermer les universités en France ?

J'ai été un peu titillé ce matin en voyant la une s'étaler sur la devanture du buraliste en bas de la fac,

Comme le dit Wikipedia, "l'expression grande école désigne en premier lieu les établissements d'enseignement supérieur français recrutant majoritairement sur concours parmi les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Par extension, le terme est également associé à un petit nombre d'établissements de formation des hauts fonctionnaires français recrutant sur concours parmi les titulaires de la maîtrise ou d'un diplôme considéré comme equivalent. Enfin, de manière plus récente, le terme peut être associé à certains établissements d'enseignement supérieurs recrutant sur dossier ou concours directement, ou indirectement via des classes dites "préparatoires intégrées", au niveau du baccalauréat et délivrant un diplôme après généralement cinq années d'études postérieures au baccalauréat". Bref, au vu de cette dernière définition, j'ai du mal à voir clairement le lien entre la notion de "grande école" et celle d'élite, évoqué dans le premier paragraphe de de l'article, ou dans l'édito de la première page, 

ÉLITE, subst. fém.
I.− [Avec ou sans déterminant] Ce qu'il y a de meilleur dans un ensemble composé d'êtres ou de choses; produit d'une élection qui, d'un ensemble d'êtres ou de choses, ne retient que les meilleurs sujets. A.− Usuel. [À propos d'êtres hum.] 1. Au sing. Minorité d'individus auxquels s'attache, dans une société donnée, à un moment donné, un prestige dû à des qualités naturelles (race, sang) ou à des qualités acquises (culture, mérites).
2. Au plur. avec art. déf. (néol. début xxe s.). Classe minoritaire composée de gens qui, du fait de leur naissance et de leurs mérites, de leur culture et de leur capacité sont reconnus (ou se reconnaissent) comme les plus aptes soit à occuper les premières places de la société à laquelle ils appartiennent, soit à donner le ton à leur milieu
Moi qui ai enseigné dans de nombreuses grandes écoles, et dans plusieurs universités, je suis un peu agacé par cette ambiance actuelle de dévalorisation de l'université, car pour être honnête, j'ai eu à l'université plusieurs très bons élèves (meilleurs que des bons élèves d'école), et réciproquement, j'ai vu des élèves en école que je n'aurais jamais pensé avoir une licence à l'université... Bref, je trouve dangereux de mentir ainsi aux parents en dénigrant autant l'université (car ces journaux sont plus lus par les parents que par les lycéens qui s'interrogent - éventuellement - sur leur avenir). Ce qui me gêne également, c'est lorsque les décideurs politiques lisent ce genre d'article (voire certains responsable universitaires) et décident d'affecter des moyens colossaux dans des "écoles" (au détriment de l'université, car comme toujours depuis quelques années, le jeu est à somme nulle). Si vraiment l'université était si mauvaise que ça, je me demande ce qu'on attend pour toutes les fermer....
Fort heureusement, les recruteurs sont - pour l'instant - un peu moins bornés que certains.... Espérons que ça dure...

Friday, January 30 2009

Financement de la recherche, cifre et cir...

Je voulais revenir ici sur des choses que j'avais pu entendre dire sur le coût des thèses cifre... Je me demandais quel était le coût "réel" d'un thésard cifre pour une entreprise. En particulier j'avais entendu dire qu'avec le CIR, l'entreprise pouvait embaucher à coût nul: comme toute dépense concourant au développement de la R&D d'une entreprise, les charges engendrées par une CIFRE sont éligibles au Crédit d'Impôt Recherche (CIR). Comme le montre le site http://www.idf-tech.net/, ce coût n'est pas nul, mais un thèse cifre coûte, au final, un peu moins de 5000 euros par an à une entreprise !

Au cours de la CIFRE, soit durant 3 ans :
- Brut annuel minimum d'embauche dans le cadre d'une CIFRE : 23.484€
- Evaluation du coût brut chargé (coefficient 1,5) :
23.484 x 1,5 = 35.226€
- Evaluation du coût total environné (coefficient forfaitaire 1,75) : 61.646€
- Soustraction de la subvention de l'ANRT :
61.646 - 17.000 = 44.646
- CIR = 0,30 x 44.646 = 13.394€
Ainsi dans cet exemple, le coût salarial brut chargé final est de 35.226 - 17.000 - 13.394 = 4.832€